La Séparation

Des réactions différentes selon l’âge, la maturité et la situation

 

Les réactions à la séparation sont différentes selon l’âge l’enfant. D’après une opinion courante, plus l’enfant est petit, plus la séparation est facile. C’est là une fausse interprétations du comportement de l’enfant dons les manifestations moins bruyantes que chez l’enfant plus grand, sont pourtant bien réelles, mais restent à décoder : pleurs, trouble du contacte, de l’appétit, du sommeil, maladies diverses, sont un langage à travers lequel le nourrisson exprime son désarroi face à une séparation non aménagée.

Aux alentours de six mois, l’enfant émet des signaux plus directs.

L’angoisse du huitième mois est un phénomène bien connu qui désigne les réactions de peur de l’enfant confronté à des étrangers.

Paradoxalement, ce progrès de la conscience, puisque désormais il commence à distinguer que sa mère est unique est différente, le rend hypersensible à la séparation……

Dans la deuxième et troisième année, tout va dépendre de la capacité à nouer des relations et à s’autonomiser, plus ou moins développée selon le travail psychique antérieur. Cependant, en général, l’enfant accepte mieux la séparation à cette période de sa vie.

Il faudra pourtant attendre l’âges de six ou sept ans pour qu’il aborde les séparations sans angoisse et y trouve même du plaisir. Néanmoins, à tout âge, le contexte, les raisons de la séparation, la présence ou l’absence de repères pour surmonter le vide de la perte et du sentiment d’abandon, vont jouer un rôle essentiel.

 

L’accueil véritable :
la séparation est aménagée

Toutes les conditions doivent être réunies, en collaboration avec les parents, pour que l’enfant continue à se sentir « entier » malgré leur départ. L’accueil authentiquement ne se réduit pas à un comportement ou à des dispositions matérielles standardisées mais trouve tout son sens dans une relation personnelle avec l’enfant et avec les parents. Des paroles vont s’échanger, des liens vont se créer…

C’est bien cette aptitude de l’assistante maternelle à accueillir les parents, à les accepter, qui constitue le soutien le plus précieux de la sécurité de l’enfant. En effet, l’adaptation d’un enfant n’est pas, n’est jamais une question d’habitude ou d’automatisme. Elle repose sur sa capacité à élaborer suffisamment de repères pour ne pas être perdu. C’est là un travail complexe qui mérite d’être soutenu en développant observation, écoute et dialogue.

Comment préparer la séparation ?

En étant d’abord ensemble parent et enfant, sur les lieus de l’accueil, c’est-à-dire chez l’assistante maternelle. C’est ce qu’on appelle couramment « l’adaptation progressive » qui doit permettre à l’enfant de prendre appui sur la présence des parents dans cet univers étranger pour surmonter la séparation ultérieure.

Ici encore, ce qui est à prendre en considération n’est pas strictement la durée ou le nombre des rencontres préparatoires, mais la qualité des échanges et de liens qui s’y établissent : paroles, observations à se transmettre sur les goûts et besoins de l’enfant, mais aussi partages de gestes et de mots à l’occasion d’un change, d’un repas, du sommeil ou du jeu de l’enfant.

 

Il doit être prévenu et informé

La séparation doit être annoncée à l’enfant, les éventuelles difficultés reconnues et verbalisées.

Tous les enfants, même et surtout les nourrissons, doivent être informés, c’est-à-dire savoir les raisons de cette séparation, sa durée, son organisation. Ils doivent entendre le nom ou le prénom de la personne qui va les accueillir, qu’ils ne confondront pas avec un membre de leur famille.

Il est indispensable de leur expliquer que cette personne exerce un métier d’accueil, c’est-à-dire qu’elle est payée pour faire ce travail, même si elle est aussi maman d’autres enfants dont elle s’occupe dans le même lieu et dans le même temps.

On présente aussi à l’enfant le conjoint de l’assistante maternelle, les autres enfants accueillis et leurs parents.

Toutes ces distinctions clairement établies vont permettre à l’enfant d’organiser et d’intégrer ces nouvelles données sans mettre en danger le développement de son identité.

 

Accueillir tous les matins

Une fois les premières séparations aménagées et réalisées, il ne faudrait pas négliger la réalité quotidienne des séparations. En effet, si l’on n’y prend pas garde, celle-ci peut très vite se réduire à l’arrivée des enfants le matin et à leur départ le soir, sans considération pour les émotions aux quelles sont soumis enfants et parents.

Accueillir chaque matin l’enfant de quelqu’un d’autre n’est pas si simple dans la mesure où régulièrement se rejoue l’épreuve de la séparation.

Il y a les parents pressés et ceux qui ne peuvent pas partir, ceux qui reviennent et ceux qui partent en cachette. Il y a aussi ceux qui savent accompagner et accepter le rituel nécessaire à l’enfant. Celui-ci par exemple, se rend dans une pièce ou dans plusieurs, va toucher ou chercher un objet, revient vers le parent, s’en éloigne à nouveau……Ce comportement permet à l’enfant de maîtriser la situation et de signifier que maintenant il est prêt à se séparer

L’assistante maternelle doit elle-même veiller à ne pas imposer à l’enfant un comportement particulier mais respecter l’établissement progressif de rites personnels par lequel il organise la séparation.

Elle invitera alors les parents à observer cet enchaînement de comportements, à y saisir le sens, et à soutenir leur enfant dans ce moment délicat. Ce dialogue favorise l’ajustement des comportements parentaux à la demande de l’enfant.

Que la séparation s’effectue rapidement ou prenne un peu de temps, que les manifestations soient visibles ou très discrètes, l’essentiel est que chacun se sépare en sécurité.

Ce processus comporte bien des variantes des évolutions d’un parent d’un enfant a l’autre. Il n’y a donc pas de règle absolue.

Néanmoins, le rôle d’accueil de l’assistante maternelle se fonde sur quelques repères bien précis.

 

Des paroles plutôt que des baisers

L’assistante maternelle a un rôle difficile à jouer : présence, disponibilité mais aussi neutralité face à la relation du parent et de son enfant. Elle ne doit pas déposséder les parents de leur enfant par des attitudes verbales ou corporelles trop interventionnistes, ni imposer à l’enfant, dès son arrivées, une proximité physique ou affective dont il n’est pas demandeur.

Elle préfèrera tisser le lien en respectant la distance nécessaire : ni embrassade systématique, ni portage lorsque l’enfant est en âge de marcher, mais des paroles qui saluent, qui accompagnent et acceptent les émotions manifestées par l’enfant, rires et sourires, joies, mais aussi pleurs, colère ou tristesse.

Ces paroles si elles sont vraies, si elles parlent à l’enfant et non de l’enfant, sont alors compréhensives et compréhensibles.

S’il s’agit d’un nourrisson, c’est jusque dans le geste de portage que se manifeste le respect de son identité.

Dés l’arrivée du bébé qui vient de lui être remis dans les bras. L’assistante maternelle lui offre la possibilité d’accueillir à son tour si le portage accepte la distance corporelle nécessaire à un face à face.

Cette liberté assurée à l’enfant, à l’opposé d’un corps à corps trop contraignant, privilégie des interactions plus authentiques entre l’assistante maternelle, l’enfant et le parent.

 

Il a besoin de son « doudou »

Les enfants sont très souvent attachés à leur sucette, pouce dans la bouche chiffon, « doudou » ou peluche.

Ces objets dits « transitionnels » jouent un rôle rassurant et doivent absolument être laissés à la libre disposition de l’enfant.

 

Pourquoi ?

Parce que cet objet représente sans doute sa mère. En tout cas, il y est symboliquement associé, en souvenir du temps de la symbiose mère enfant. L’enfant y aura recours dans toutes les situations où plane la menace de perdre continuité et sécurité : séparation, changement, difficultés rencontrées, approche du sommeil (qui est aussi expérience de séparation).

Il sait mieux que quiconque quand est-ce qu’il a besoin du réconfort que lui procure cet objet.

S’il refuse continuellement de le lâcher, il faudra en chercher la raison plutôt que de le contraindre à y renoncer.

Mais dans la plupart des cas, cet objet consolateur, toujours le même, restera soumis aux va et vient de l’enfant, à ses allers retours entre la maison et l’assistante maternelle.

Il constitue un repère précieux pour l’enfant, un lien concret entre la réalité intérieure et la réalité extérieure.

 

Les retrouvailles du soir :
une situation quelquefois complexe

L’organisation de la journée, la succession régulière des séquences de la vie quotidienne ; arrivées et départs, mais aussi repas, couches, changes, sorties, retours, etc… contribuent à assurer la stabilité dont l’enfant à besoin. La encore, les paroles explicatives de l’assistante maternelle, pour accompagner ces divers changements, inscrivent toutes ces « micro ruptures » dans une continuité.

C’est ainsi que tout petit est aidé à construire progressivement la continuité psychique de son être à travers l’inévitable discontinuité des situations quotidiennes.

Enfin, le soir, l’enfant quitte le domicile de l’assistante maternelle pour retrouver ses parents et sa maison. Contrairement à ce qu’on pourrait supposer, se retrouver n’est pas si simple….

En effet, il arrive fréquemment que le retour du parent réactive chez l’enfant l’épreuve de la séparation.

Les retrouvailles imposent à l’enfant, et même quelquefois aux adultes, un travail de « recomposition » intérieure.

En fait, c’est lui-même qu’il essaye de retrouver, confronté à une sorte de dilemme : « moi-ma maman, moi-mon assistante maternelle…. Moi-ma maman… qui suis-je ? » Cette question impossible à dire, cette angoisse de morcellement sont alors formulées dans un comportement ambivalent qui met souvent le parent en difficulté.

Parfois ce sont des cris, des pleurs ou des tensions qui se manifestent, parfois, selon l’âge de l’enfant, ce sont des attitudes de fuite, souvent après un premier contact physique avec le parent qui vient d’arriver.

D’autres enfants semblent ignorer la présence du parent….. chez les plus jeunes, on assiste quelquefois à un évitement du contact corporel ou visuel : le bébé tourne la tête et raidit son corps.

Chez les plus grands, ce sont l’excitation motrice, les transgressions d’interdits qui font bien souvent dire aux assistantes maternelles :

« Dés que sa mère arrive, lui qui était si gentil, il devient insupportable… ».

 

Que faire ?

Prendre garde aux interprétations réductrices, aux jugements en termes de « méchant » ou « gentil » qui ne feraient que développer, chez les parents la rivalité et la culpabilité, et chez l’enfant, le sentiment d’être incompris.

L’enfant a besoin d’un peu de temps pour créer un lien entre les différents moments de sa vie. Lui accorder ce temps, inviter les parents à observer l’enfant, à tenir compte de ses réactions, lui parler, l’écouter, c’est le considérer comme un sujet et non que l’on « prend » le matin, pour le « récupérer » ou le « rendre » le soir, sans aucun égard pour ses émotions.

Ce temps, c’est aussi celui de l’accueil des parents, du partage de l’interdit pour l’enfant où l’authenticité des échanges ne manquera pas de participer à la qualité des retrouvailles. L’enfant bien « réuni » va alors pouvoir vivre à la maison, avec ses parents, des heures pleines et aborder le sommeil avec sérénité. Ce temps des retrouvailles, cependant n’est pas sans limite. C’est celui d’un départ et d’une nouvelle et nécessaire séparation.

Quelquefois, l’assistante maternelle aura le rôle difficile de mettre un terme à certain « débordements » dans la mesure où ils pourraient devenir chroniques : bavardages excessifs, confidences personnelles, installation d’un parent qui ne sait plus partir…

Ici, l’intérêt de l’enfant n’est plus en jeu, il faut alors rappeler les limites professionnelles d’un contrat dans lequel l’assistante maternelle ayants bien rempli sa mission, dispose à son tour du droit de se séparer et de se retrouver avec elle-même ou avec les siens.

 

Se séparer, c’est apprendre à grandir

La séparation physique et le changement matériel n’aident pas en eux-mêmes l’enfant à grandir.

La conquête de l’autonomie ultérieure repose sur la création de liens symboliques qui relient les situations, les personnes, les lieux et les temps. Ce type d’accueil n’est pas simple. Il exige de l’assistante maternelle réflexion, remises en question et formation. Il constitue alors pour l’enfant un lieu de vie, de socialisation et de préparation à de nouvelles séparations. Solidement relié à lui-même et à l’autre, l’enfant devient de plus en plus capable de se séparer, de créer par lui-même de nouveaux liens, de s’aventurer, de découvrir le monde et de quitter son assistante maternelle…

Un départ qui laisse des traces
et qui fait grandir…

N’ignorant pas le danger des ruptures pour l’équilibre des jeunes enfants, l’assistante maternelle, sauf cas de force majeure, se révèle fidèle à l’engagement moral lié à sa profession. Elle a donc souvent accueilli l’enfant pendant plusieurs années avant que n’arrive le moment du départ définitif précédant l’entrée à l’école maternelle.

C’est alors au tour de l’assistante maternelle de grandir en faisant un deuil quelquefois douloureux.

Elle aussi gardera, au-delà des photos et des souvenirs, des traces psychiques de sa rencontre avec l’enfant, traces vivantes qui aident à vivre, à se séparer, et à se retrouver soi-même, enrichie et disponible, pour de nouvelles aventures d’attachement et détachement.

Par Elisabeth DEMAILLY Psychologue

 

Vous avez aimé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

http://chezveronalice.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif  http://chezveronalice.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif  http://chezveronalice.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif  http://chezveronalice.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif  http://chezveronalice.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif  http://chezveronalice.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif  http://chezveronalice.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif 
more...