Category Archives: L’enfant

Agressivité

Agressivité

Les comportements agressifs nous interrogent beaucoup : quelle est la signification de la morsure, comment intervenir lors de conflits agressifs et comment les atténuer ?

Suivant les âges, tous les comportement vécus comme agressifs par ceux qui les subissent (car ils sont douloureux) n’ont pas toujours cette valeurs d’agressivité de la par de l’ « agresseur ».

LA MORSURE, ACTE D’AMOUR

Pendant la première année de l’enfant, la morsure est plutôt un acte d’amour.

L’enfant « croque » sa mère pour essayer de garder un morceau d’elle à l’intérieur de lui-même… et combien de mère font semblant de manger leur bébé, provoquant alors des éclats de rire de l’enfant. Ce comportement avec sa mère, l’enfant l’étend a d’autres objets : il mord tout ce qu’il aime. De plus, la bouche reste ouverte, au cours de cette première année, un important moyen de connaissance : c’est avec sa bouche qu’il suce, qu’il tête, qu’il mord tout ce qu’il trouve à sa portée, aussi bien un jouet que la main ou la joue d’un autre enfant. Il découvre l’effet de ses actes : que va-t-il ressentir, que va-t-il se passer lorsqu’il mord, pince ou tire les cheveux…

Tous ses actes sont, pour lui, une découverte, la recherche d’un plaisir de contacte mais ils sont ressentis comme agressifs parce qu’il font mal. Et l’enfant « agressé » a besoin d’être réconforté par l’adulte présent et même, peut être momentanément protégé s’il est souvent la proie des expérimentations d’un autre.

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂

LA MORSURE, DÉCHARGE BRUTAL DE TENSION

Au-delà de la première année, la morsure reste un acte impulsif que l’enfant ne peut contrôler, ni maîtriser.  Il correspond souvent à la décharge brutale d’une tension, d’un malaise intérieur, d’une frustration qui submerge l’enfant et qu’il ne sait pas encore exprimer par des mots. C’est pourquoi, si l’enfant agressé a besoin d’être consolé, « l’enfant agresseur » a aussi besoin de trouver réconfort et compréhension de la par de l’adulte.

LA RÉPONSE AGRESSIVE DE L’ADULTE

Quelle signification peut avoir une réponse agressive, elle aussi, de la part de l’adulte ?   L’enfant ne sait pas comment exprimer autrement son malaise et n’en saisit pas toujours la nature. S’il agresse un autre enfant, ce n’est pas qu’il en veuille particulièrement à cet autre, mais c’est qu’il à besoin de protéger son être qu’il sent tout à coup menacé et qu’il veut nous signifier que quelque chose le perturbe.

Et voilà que l’adulte, au lieu de l’aider à comprendre ce qui se passe en lui, le gronde, le gifle ou le mord à son tour. Ce qui veut dire, pour l’enfant, qu’il n’a pas le droit d’exprimer une difficulté, ou bien ce qui lui prouve que la violence est quelque chose de possible, à condition d’être le plus grand et le plus fort.

L’enfant a le droit d’exprimer sa colère, son malaise,
mais il n’a pas le droit de faire mal à l’autre

Il n’est pas non plus question de cautionner l’expression de l’agressivité, mais l’adulte est là pour signifier à l’enfant qu’il a le droit d’être en colère, d’être malheureux, de souffrir de certaines situations, mais n’a pas le droit de faire mal à un autre. L’adulte doit signifier à l’enfant qu’il est là pour l’aider à comprendre ce qui le perturbe, à atténuer sa souffrance et sa violence qu’en agressant un autre enfant. On peut essayer d’en parler et c’est à l’adulte de mettre des mots sur ce qu’il peut comprendre de la difficulté, de la frustration de l’enfant. L’adulte peut aussi prendre de la difficulté, de la frustration de l’enfant. L’adulte peut lui proposer un mode symbolisé d’expression de sa violence plutôt qu’un passage à l’acte impulsif : tous les jeux symboliques – dont les sont capables dés le milieu de la deuxième année – (jeux de poupée, voiture, construction…) leur permettent de rejouer des situations qu’ils ont vécues et de mettre en scène des conflits ou des angoisses que certaines d’entre elles provoquent en eux. Au lieu de se trouver envahi et submergé par ses préoccupations, le jeune enfant peut alors les élaborer.

Les adultes condamnent souvent les jeux guerriers des enfants… alors que jouer à la guerre, ce n’est pas la faire ! Au contraire, dans ces jeux, l’enfant apprend à se libérer de sa violence, qui existe en tout un chacun, et apprend à contenir, à contrôler cette énergie pour l’orienter vers des voies symboliques et des fins plus constructives.

 

La réparation de la faute

Les adultes ont souvent besoin de susciter une réparation à la suite d’un comportement agressif : « va lui faire un bisou, maintenant » c’est vouloir nier, annuler ces sentiments de colère, de violence que l’enfant ressent en lui. Ce qu’il faut apprendre à l’enfant, c’est que l’expression de l’agressivité n’est pas toujours destructrice : elle peut être parlée, symbolisé. En trouvant d’autres moyens d’expression de ces sentiments, les enfants perdront cette fascination pour la violence qu’ont encore beaucoup d’adultes et qui trouvent dans les spectacles violent une satisfaction imaginative de leurs besoin d’agressivité.

 

Chercher à comprendre ce que nous signifie l’enfant

La fonction des adultes qui entourent ces enfants est tout à fait importante. Dans l’organisation de la vie quotidienne et m’aménagement de l’espace des enfants, un certain nombre de facteurs peuvent permettre de diminuer les phénomènes de tension et d’agressivités :

→ Favoriser des moments de relations individualisés avec un adulte privilégié (adulte de référence de l’enfant, en collectivité).

→ Favoriser l’expression des possibilités motrices et de jeux des enfants (activités variées en rapport avec les besoins de l’enfant et que chacun peut mener à son propre rythme).

→ Eviter de regrouper un trop grand nombre d’enfants dans un espace trop petit : utiliser tous les espaces possibles pour permettre l’existence de petits groupes, cloisonner l’espace en différents « coins » d’activités, sortir à l’extérieur.

→ Eviter des conflits inutiles en prévoyant, par exemple, l’acquisition de plusieurs jouets semblables pour un groupe (prévoir des jouets pour l’enfant accueilli pour que ce ne soient pas les enfants de l’assistante maternelle qui, en plus de partager leur mère est leur maison, doivent aussi partager leurs jouets…)

 

Au lieu de condamner et rejeter l’auteur d’un comportement agressif, il est important de savoir que ce comportement est l’expression d’un malaise et que la violence reste l’attitude de celui qui ne voit pas d’autres façons de résoudre un problème qui l’obsède.

 

Miriam Rasse

Un lien intéressant à lire : Les pros de la petite enfance « l’agressivité »

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂

Le Sommeil

Le train du sommeil

Notre vie est faite de la succession de trois états de vigilance, totalement différents les uns des autres, aussi bien dans notre comportement extérieur, visible, que dans leur traduction électro-encéphalographie : l’éveil, le sommeil lent et le sommeil paradoxal.

L’éveil ou état de veille

L’éveil, ou état de veille, caractérise tous les moments conscients de notre vie, et représente chez l’adulte près des deux tiers du temps. Cet état oscille de façon plus ou moins rapide entre des temps d’éveil actif et des temps d’éveil passif.

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂

Le sommeil lent

Le sommeil lent est ainsi appelé car il est caractérisé par un ralentissement et une augmentation d’amplitude progressive des ondes électriques corticales. Il est dit aussi sommeil classique, sommeil orthodoxe. Un adulte s’endort presque toujours en sommeil lent et ce sommeil représente chaque nuit environ 75% à 80% du sommeil total, soit environ 6 heures de sommeil lent pour une nuit de 8 heures. Ce sommeil peut être décomposé en quatre stade de profondeur croissante :

  • Le stade 1 correspond à l’endormissement ou à un état de pré-éveil, périodes au cours desquelles nous sommes « entre deux eaux », pas tout à fait endormis, ni complètement réveillés. Les mouvements corporels se font rares
  • Le stade 2 nous dormons, mais ce sommeil est léger. Il persiste une certaine activité mentale : rêves flous, plus proches d’une pensée d’éveil que d’images, rêves plus logiques, plus cohérents que ceux du sommeil paradoxal. L’activité électrique est de plus plus lente. Les stades 1 et 2 représentes 50% du sommeil total, soit 4 heures par nuit
  • Le stade 3 et 4 correspond a un sommeil très profond. La réactivité aux stimulations extérieures est très faible, l’immobilité à peu près totale. Le visage est inexpressif, l’activité mentale probablement très faible. L’activité électrique cérébrale est lente et ample. Ces stades 3 et 4 représentent environ 25% du sommeil total, soit 2 heures par nuit.

 

Le sommeil paradoxal ou sommeil de rêve

Le sommeil paradoxal, ou sommeil de rêve, succède au sommeil lent. il est aussi différent que le sommeil lent est différent du réveil. Il a été nommé « paradoxal » par Michel Jouvet, devant le contraste entre un sujet complètement endormi, détendu, et l’enregistrement E.E.G. d’une activité électrique corticale intense, avec des ondes rapides, peu amples, très proches de celles de l’éveil actif. Ce sommeil représente 20 à 25% du sommeil total, soit, lui aussi, près de 2 heures par nuit.

en sommeil paradoxal :

  • Notre visage est mobile, expressif, plus « social » qu’en sommeil lent
  • mouvements oculaires rapides verticaux et horizontaux
  • le pouls et la respiration sont aussi rapide qu’en phase d’éveil, mais plus irréguliers
  • Tonus musculaires aboli
  • Paralysie
  • Activité électrique cérébrale rapide, intense.

A ce stade, le dormeur est très difficile à réveiller

Que se passe-t-il au cours d’une nuit de sommeil

Nous nous endormons en sommeil lent, sommeil lent qui va durer en moyenne de 1h10 à 1h40. D’abord sommeil lent léger puis progressivement de plus en plus profond. A la fin de cette phase, nous passons en sommeil paradoxal pour 10 à 15 minutes. Une nuit complète représente l’enchaînement de 4, 5 ou 6 cycles de « train ». La fin du sommeil paradoxal est marquée par une phase de pré-éveil très courte, insensible pour un dormeur normal, mais où l’éveil serait très difficile. Puis, si aucune stimulation particulière ne le tire du sommeil, le dormeur enchaîne un nouveau cycle.

Comment coucher bébé ?

En 1970, on conseillait aux parents de coucher leur enfant sur le ventre pour diminuer les risques d’inhalation lors de vomissements. Paradoxalement, le nombre de morts subites augmentait et ce n’est qu’en 1992, à l’aide de statistiques plus précises, qu’on a démontré l’influence de la position de sommeil sur la mort subite. En 1994, une grande campagne de prévention est lancée pour mettre à l’honneur le couchage sur le dos. Le couchage ventral est cependant recommandé pour certaines pathologies spécifiques.

Pourquoi sur le dos ?

  • La respiration est améliorée par cette position, elle est ainsi d’autant plus efficace en cas de
  • rhino-pharyngite ou de bronchiolite.
  • L’enfant régule mieux sa température, notamment en cas de fièvre.
  • Les risques d’asphyxie sont évités (pas de nez obstrué par le matelas, le bord du lit, ni d’étouffement par enfouissement sous les couvertures).

Règles de bases à observer scrupuleusement :

  • Pas d’oreiller ou de couette avant l’âge de douze mois.
  • Un matelas ferme et aux dimensions du lit.
  • Pour couvrir bébé, utilisez une turbulette ou bien un sur pyjama.
  • La température de la pièce doit se situer entre 19° et 20°C.
  • Ne fumez jamais dans la pièce au l’enfant dort.
  • N’attachez rien autour du cou de bébé (chaînette, cordelette avec sucette…)
  • Ne laissez jamais votre enfant seul à la maison.
  • Ne culpabilisez pas si vous faites dormir un nouveau-né dans votre propre chambre, près de vous : vous restez le meilleur des radars en cas d’apnée du nourrisson !

N’hésitez pas à me laisser un commentaire ou un message de votre passage

à très vite

veronalice

Documents Enfants à télécharger

Documents divers sur l’enfant

En me promenant sur le net, j’y ai trouvé des documents intéressant sur l’éveil, le développement, etc.. sur l’enfant.

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂

je vais partager ce que je trouve ici

si l’un des documents est protégé de droit d’auteur, merci de me le signaler, je enlèverai rapidement.

le but étant de partager, et d’échanger sur certain document. Je rajouterai au fur et à mesure ce que je trouverai utile

afin d’aider le site et de le remercier pour ce partage, pensez à cliquer sur la pub, c’est une façon de participer à la vie de ce site

 

DÉVELOPPEMENT DE L’ENFANT

L’ALIMENTATION

LE SOMMEIL

LA PROPRETÉ

L’ÉVEIL

LES SIGNES

DOCUMENT DIVERS

LES PLANTES TOXIQUES

L’AUTISME

 

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂

 

Merci de cliquer 1 fois sur ma pub pour aider le site à vivre

Sommeil en LSF

Les signes autour du sommeil en LSF

Communiquer avec bébé sur les sujets autour du sommeil, du temps de repos, préciser ce qu’il va se passer.

Le temps de repos pour les tout petits est important.

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂

Certaine images viennent de Monica compagny, d’autre trouvé sur le net et certaine du livre « mot et expressions illustrés de chez AEDIS »

Les signes pour autour du sommeil : Dormir – fatigué – maintenant – l’heure – lit – Calin – Bisou – Doudou – Bonne nuit – Rêver

Voici une vidéo de marie littlebenbao. J’aime beaucoup son humour et çà façon de présenter les signes

 

 


N’hésitez pas à me laisser un commentaire ou un message de votre passage

à très vite

Veronalice

Les couleurs en LSF

Les signes des couleurs

Les couleurs en langue des signes sont utilisées souvent pour les comptines ou compléter l’explication d’un phrase

Je vais mettre les couleurs que nous utilisons principalement. Elles sont utilisées dans la comptine Au pays des couleurs

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂

Les couleurs : Blanc – Bleu – Gris – Jaune – Marron – Noir – Orange – Rose – Rouge – Vert – Violet

Voici une vidéo qui explique toutes les couleurs y compris le beige, l’or et l’argent, le clair et le foncé

Sur la vidéo le rose est fait avec le signe R sous le menton, alors que personnellement je le fais le R sur la joue (qui représente pour moi le rose à joue) comme le rose plus haut mais en formant un R à vous de voir celui que vous préférez faire sous le menton ou sur la joue 😀 .

Voici une autre video de littlebunbao que j’aime beaucoup ou elle explique le claire et le foncé avec une petite différence que je préfère
N’hésitez pas à me laisser un message ou un commentaire

à très vite

Veronalice

Les mots d’enfants

Les mots d’enfants

Et si on partageait des mots d’enfant. Tous ces petits mots qui nous amusent toujours ou pas 🙄 comme cette image de c-monetiquette qui m’a bien fait sourire.

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂

Vous pouvez laisser en commentaire vos mots d’enfants que je rajouterai au fur et à mesure en précisant le prénom de l’enfant qui l’a dit ou votre prénom.

  • Julie : Moi j’aime pas les choux de bretelle
  • Louis :Nounou t’es belle comme des lunettes
  • Lexie ma petite fille : Mima elles sont bonnes tes monates (tomates)
  • Marylin ma fille : maman tu as du saut de lapin (sopalin)
  • Tino : devant des panneaux sens interdit : « pourquoi y’a des Babibelles accroché ? »

 

N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour participer à cet article et à nous donner vos mots d’enfants si rigolo

à très vite

Veronalice

Les signes pour l’alimentation

Les signes autour de l’alimentation

voici quelques signes autour de l’alimentation qui vont vous servir au quotidien au moment des repas et gouter

j’ai trouvé certain signe sur le net et d’autre du livre que je vous conseille d’acheter « dictionnaire la langue des signes, mot et expressions illustrés de chez Aedis » il coute 12 € et d’autre signe sont de Monica companys

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂 car tout ceci représente beaucoup de travail

La politesse :

Le vocabulaire autour du repas :

Midi – Avoir faim – Préparer – Manger – Aimer – Ne pas aimer – Maintenant – Attendre – Demander – Encore – Il n’y a pas – Il n’y a plus – Repu – Fini – Chaud – Froid – Bon appétit

Ce diaporama nécessite JavaScript.

les aliments du repas :

Légume – Haricot – Haricot vert – Petits pois – Poireau – Radis – Salade – Tomate – Pâtes – Pomme de terre – Purée – Frites – Jambon – poisson – Fromage –

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une video sur les légumes :

celle ci aussi 
 

Les desserts et fruits :

Fruit – Abricot – Banane – Cerise – Groseille – Poire – Pomme – Raisin – Orange – Chocolat – Compote – Gâteau – Sucre – Yaourt – Bonbon –

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une video sur les fruits

 

Les boissons :

Boire – Soif – Eau – Lait – Café

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le mobilier et les couverts:

Table – Chaise – Couteau – fourchette – cuillère

Ce diaporama nécessite JavaScript.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire ou un message

a très vites

Veronalice

Les signes des animaux

Les signes des animaux

voici quelques signes d’animaux qui peuvent servir pour les comptines en particulier ou lorsqu’on raconte une histoire

Au passage voici quelques publicités, en les visitant vous aidez à faire vivre le site 🙂

Les voici : Chat – Chien – Coccinelle – Araignée – Cheval – Chèvre – cochon – Mouton – Vache – Lapin – Escargot – Grenouille – Coq – Poule – Canard – Oie – Oiseau – Moustique – Mouche – Papillon – Tortue de mer – Tortue de terre –

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou un message de votre passage

à très vite

Veronalice

Le nuancier des émotions

Le nuancier des émotions

 

j’adore ce nuancier que j’ai imprimé et plastifié afin de proposer aux tout petits.

Nous les adultes nous jouons un rôle essentiel pour la compréhension de ces émotions

Nous allons l’aider à mieux les comprendre, car se sont souvent des réflexes de survie, préservation. comme, la colère, la peur, etc..

Les pleures bien souvent ne représentent pas des caprices, mais une frustration face à une situation non comprise, d’un petit copain ou d’un adulte.

Vous devriez lire cet article desprosdelapetiteenfance sur les émotions

ce nuancier peut faciliter la compréhension pour certaine colère, peur….. afin de l’aider, de les apaiser..

j’ai trouvé ce nuancier sur ce site : le site montessori mais pas que

vous pourrez me télécharger au format pdf ici : Le nuancier des emotions

bonne lecture

N’hésitez pas à me laisser un commentaire

veronalice

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils